Chers Amis,

Quand les élèves du club de calligraphie de Toulouse ont emmené leur professeur en voyage en Chine, nous étions très fiers de les recevoir.

Madame Lao a quitté son pays il y a une trentaine d’années pour s’installer en France. Elle remettait pour la première fois les pieds en Chine, faisant face aux changements extraordinaires que ce pays a vécu en si peu de temps.

Arrivée à la maison ses premiers mots furent « mais que c’est loin ! ». Un peu anxieuse par ce si grand voyage, il lui fallut plusieurs heures avant d’apprivoiser l’endroit. Il y eu tout d’abord sa rencontre avec M. Zha le fabriquant de pinceaux. Puis, cette grande marche jusqu’à ce temple où vit seule notre amie la nonne. La rencontre de ces deux femmes fut un moment bien particulier.

Cette nonne a eu une histoire assez originale également. Elle fut mariée, elle a eu une vie de chinois moyen semblable à tant d’autres. Mais un jour elle décida de couper ses liens avec la société et, guidée par la foi, de reconstruire un temple disparu à mi hauteur d’une magnifique montagne. Toutes deux ont donc eu des destins à l’écart de la vie moderne de ce pays, elles ont en quelque sort un jour choisi de quitter la Chine, mais chacune à sa manière.

 
Le paquet est arrivé ! – août 2012

Leur entente était sincère, leur proximité finalement bien logique. Et en bonnes copines, Madame Lao promit à cette nonne de lui peindre des portraits de personnages importants du bouddhisme. On prit soigneusement des photos d’images pieuses qu’elle nous présenta, puis de retour à Toulouse Madame Lao se mit au travail. Je reçus quelques mois plus tard à Nanjing, un colis contenant les fameux portraits qu’il me fallut alors porter à la nonne. 12 km de vélo, plus d’une centaine de marches à gravir, et une grotte traversée plus tard, me voilà face à elle, toute heureuse que lui parvienne ce cadeau bien particulier.

Vous trouverez plus de photos de cette histoire sur notre page Facebook.

Hong Gong Ci, un temple des ancêtres réhabilité grâce
à une coopération sino-française – juillet 2012

Il y a quelques années, des architectes chinois et français de la prestigieuse université de Tongji et de la tout aussi prestigieuse école de Chaillot, prirent la décision de se pencher sur un très ancien Temple des Ancêtres du village tombant en ruines : Hong Gong Ci.

Leur travail formidable fut alors exposé à Paris, Shanghai, Nanjing, mais aussi au village bien-sûr.

Il fallut néanmoins attendre 2012 pour que la restauration complète du bâtiment se termine. Le résultat est tout à fait étonnant. Une belle restauration qui sera sans aucun doute une nouvelle fierté pour la population locale !

Merci à Françoise Ged, Daniel Duché, Shao Yong, Benjamin Mouton, Mireille Grubert, Zhou Jian, Alain Marinos, mais aussi Antoine, Emilie, Véronique et tous les architectes sans qui ce beau projet n’aurait jamais vu le jour !

Julien