Category Archive:Vie paysanne

0

Annonce : Voyage aux origines du thé

octobre 20th, 2018 / / categories: Chawu, Culture, Vie paysanne /
Partez à la découverte des origines du thé
Les légendes chinoises racontent qu’un jour, après s’être assoupi à l’ombre d’un arbuste, le héros Shennong se réveilla et eut envie de se désaltérer. Une brise se leva alors et fit tomber dans sa tasse frémissante quelques feuilles, qui tintèrent légèrement l’eau. Curieux, il goûta ce breuvage improvisé et apprécia sa légère amertume et son parfum délicat.
Quelques centaines d’années après que ce récit se soit ancré dans la mythologie chinoise, un riche commerçant de thé établit sa demeure proche d’une rivière du sud de l’Anhui. Il fit fortune dans le négoce du thé Maofeng célèbre dans toute la Chine et au-delà grâce aux routes de la soie. Il put offrir à son fils des études prestigieuses qui lui permirent de devenir mandarin.
En ruines au début des années deux milles, cette maison fut restaurée il y a quelques années par Julien Minet, un ethnologue français. Située au coeur de cette région riche en thés de grande qualité, elle est le point de départ idéal pour découvrir la Chine traditionnelle, les populations qui l’habitent et travaillent le thé. Mais aussi les majestueuses Montagnes Jaunes toutes proches qui ont inspiré des générations lettrés.
Chawu – 2015
Julien Minet, également associé gérant d’un commerce de thés à Toulon (France), organisent des séjours à Chawu à l’intention des amateurs de thés.

Prochain séjour :

Partez à la découverte des thés et de cette région magnifique. Vous résiderez à Chawu (http://www.chawu.com), et serez accompagné par Julien Minet tout au long de votre séjour, de vos activités et de vos excursions.

Le prochain séjour se déroulera du 5 au 13 avril 2019.

Le tarif est de 800€ par personne (hébergement et repas compris, billet d’avions et transferts à votre charge). 6 places maximum disponibles.


Théiers – 2017

Au programme :

  • cueillette de thé avec les paysans du village,
  • fabrication de votre propre récolte de thé
  • visite du village et introduction à la culture locale
  • visite des Montagnes Jaunes (Huangshan)
  • randonnées dans les plus beaux paysages de la région.

Réservations et informations :
http://www.chawu.com
http://chawu.com/contact.html

 

Chers Amis,

Tous les matins mon voisin respecte le même protocole. Quand sa porte grince, vers cinq heures, je sais qu’il jette un regard au ciel. Il sort ensuite dans la ruelle qui longe la rivière et s’accroupit au bord de l’eau. Ne fume pas, ne mange pas son bol de riz, ne bois pas de thé. Il est juste là, au bord de l’eau. Du petit banc du jardin je peux l’observer discrètement. Ses yeux parcourent les remous. La surface ondule sous le reflet du soleil levant, tout est tellement plus beau, plus tranquille, plus simple à cette heure là.

Peut-être voit-il la friture qui remonte le courant, ou une crevette qui sort de derrière un galet, une feuille emportée par les flots. Toute cette eau qui part au loin, file vers la plaine, puis le Yangtze, puis l’océan. Sa vie à lui a toujours été le village ; la nature qui l’entoure, les animaux qui l’habitent, les gens d’ici qui vivent et qui meurent.

Quelle aurait été son existence s’il était parti ? Quelle personne d’autre serait-il devenue s’il n’avait pas dû prendre soin de son frère handicapé ?

Il y a ceux qui restent et ceux qui partent, ceux qui rentrent et retrouvent étonnés ceux qui sont restés fidèles. Fidèles à la vie qui se présente naturellement à eux, la vie évidente, celle qui a fait que nous sommes nés où nous sommes nés.

sieste

Ainsi coule la rivière – 2015

Nos départs changent nos destins, et nos retours nous font prendre conscience de ce que nous n’avons finalement pas été. Son existence à lui fut donc plutôt attendue. Son frère est le simplet du village : quand une vie tient à un simple cachet de paracétamol. Enfant, une forte fièvre l’avait presque emporté. Pour finalement le quitter en confisquant au passage ses capacités auditives et ce petit quelque chose d’abstrait qui le différencie des hommes « normaux ».

(photo Xuebingqing)

700 ans, et toujours fidèle au poste

Et l’eau coule toujours dans son lit poussant des millions de petits grains de sable vers l’aval.

Nous avons définitivement quitté l’hiver, et le village retrouve avec bonheur le thé nouveau, les orchidées en fleur et l’odeur du jasmin.

La maison est fidèle au poste, et accueille comme chaque année les visiteurs malgré ses 700 ans bien tassés. Nous ne faisons tous que traverser sa vie, et nous lui appartenons finalement plus qu’elle ne nous appartient.

Quelle joie de la voir ainsi aimée et appréciée ! Un encouragement à nos efforts pour la maintenir sur pied et la cajoler.

Julien